18/07/2020

Mûr-de-Bretagne. 120 personnes au premier concert Sons de Bretagne

Le premier duo Le Gac-Bertolino a lancé le festival dans l’enclos de la chapelle Sainte-Suzanne, jeudi. Cinq autres soirées vont suivre, de l’Oust à Guerlédan.

Cent vingt personnes ont participé au premier concert des Sons de Bretagne, jeudi soir, dans l’enclos de la chapelle Sainte-Suzanne, le joyau patrimonial de la commune, classé aux Monuments historiques qui devrait subir d’importants travaux de rénovation d’ici quelques mois. Malgré les visages masqués, on pouvait lire dans les regards des uns et des autres le plaisir d’être là pour écouter ensemble un duo musical de qualité, constitué de Gurvant Le Gac, à la flûte traversière et Pierre-Laurent Bertolino, à la vielle à roue. 

Leur musique fascinante nourrie de mélodies polyphoniques sensibles a résonné sous les chênes de la chapelle sur fond de soleil couchant.

Tous les spectateurs, locaux comme touristes, tenaient le même raisonnement : « Cela fait du bien, dans les moments difficiles que nous vivons, de pouvoir sortir de chez soi, de se retrouver pour partager de la belle musique dans un cadre exceptionnel. »

Découvrir les sites du territoire en musique

Car c’est bien là l’objectif du festival rappelé par Hervé Le Lu, le maire de Guerlédan, en début de soirée, « permettre à la population et aux estivants de découvrir la magie de certains sites d’exception du territoire, de mettre en avant le patrimoine communautaire dans une même programmation artistique de qualité ».

Après la chapelle Sainte-Suzanne et ses fameux chênes immortalisés par le peintre Jean-Baptiste Corot ( 1796-1875) dans plusieurs de ses toiles, les Sons de Bretagne vont migrer dans d’autres communes, Saint-Gilles Vieux-Marché, Merléac, Le Quillio, Saint-Guen.

29/06/2020

Les travaux de restauration de la chapelle Sainte-Suzanne, classée aux Monuments historiques, devraient commencer d’ici quelques mois. La bonne nouvelle est tombée lors du conseil municipal le 11 juin.

« Des crédits d’État ont été débloqués pour la relance de l’investissement public, consécutivement à la crise sanitaire. C’est la Direction des affaires culturelles elle-même qui a demandé à la commune d’accélérer le dossier, tout comme celui de la chapelle Saint-Pabu à Saint-Guen. Nous avons donc engagé la procédure de désignation d’un maître d’œuvre pour la restauration du bâtiment. Les demandes de subventions vont suivre », a indiqué Josette Coz, adjointe en charge de la vie associative aux membres de l’association de Sauvegarde réunis pour la toilette de printemps du site, mercredi.

 

Un clocher « pas près de tomber »
Certes, il devrait encore se passer quelques mois avant que la chapelle rentre en chantier, mais « on peut raisonnablement penser que, vers la fin de l’année prochaine », les échafaudages devraient fleurir autour de l’édifice.

L’étude de diagnostic, produite par le cabinet d’architecture Archaeb, fait état de travaux de toiture et de charpente. « Les murs extérieurs devraient aussi être consolidés, mais les études indiquent qu’il n’y a pas besoin de toucher au clocher. Il n’est pas près de tomber ! », ajoute l’élue.

Le montant de ces travaux a été évalué à 970 000 €. Ils seront subventionnés à hauteur de 80 %, dont 50 % par l’État.

Réfection du mur d’enceinte
Cette bonne nouvelle motive les membres de l’association à poursuivre leurs actions pour sensibiliser le public à l’importance de sauvegarder ce joyau du XVIe siècle.

En raison de la crise sanitaire, plusieurs projets, comme le concert gospel, le Pardon et le repas crêpes sont tombés à l’eau, mais d’autres sont à l’étude.

Et, surtout, l’association va lancer son premier investissement avec la restauration du mur sud de la chapelle. Les travaux seront réalisés à l’automne par l’association Études et chantiers de Rostrenen. La facture, d’un montant de 12 500 €, sera entièrement acquittée par l’association.

« Voilà enfin quelque chose de concret pour tous nos donateurs », se réjouissent les membres du bureau.

L’association de Sauvegarde est reconnue d’intérêt général. Les dons sont donc déductibles des impôts. La cotisation annuelle est de 20 €.

Contact : www.chapelle-guerledan.fr