29/12/2019

Comme le Vatican, la Bretagne a sa « Sixtine » : la chapelle Sainte-Suzanne à Guerlédan (22). Mais son état se dégrade. Une association s’est mobilisée pour la sauvegarder.

La paternité de l’appellation « chapelle Sixtine de Bretagne » revient à Jean-Yves Le Meur, président de l’Association de sauvegarde de la chapelle Sainte-Suzanne : « Ça m’est venu tout naturellement en regardant le comportement des visiteurs. Quand ils entrent dans la chapelle, leur premier réflexe est de lever les yeux vers le plafond pour regarder les peintures »

Peintes en 1722

Rien d’étonnant car elles sont superbes et très intéressantes, ces peintures. Œuvre de Roche Delaporte, en 1722, elles décrivent la vie de Sainte-Suzanne mais aussi la Passion du Christ. En vérité, l’intégralité de la chapelle, classée depuis 1952, mérite le déplacement, y compris son proche environnement, avec son enclos protégé par de remarquables chênes, plantés par les Rohan, immortalisés par Jean-Baptiste Corot, au XIXe siècle. Et c’est vrai qu’elle en impose, cette chapelle bretonne construite, en schiste, à la fin du XVe et au début du XVIe siècle. Toutefois, il faudra attendre 1694 pour que le curé de l’époque puisse bénéficier d’une sacristie. Et plus encore pour que la vie des paroissiens soit ponctuée par les cloches d’un clocher, construit, lui, en granite, entre 1757 et 1764.

À quand les travaux ?

Du solide mais qui commence à être sérieusement malmené par les éléments et à accuser le poids des ans. Les voûtes ont déjà été rénovées en 1878 et en 1975. Mais, il y a quelques années, des infiltrations d’eau ont commencé à s’attaquer aux peintures. Les brèches ont été colmatées. Il y a plus grave. L’ensemble de la charpente travaille et se déforme, poussant par la même occasion sur les murs. Ce qui occasionne du jeu et accentue les interstices entre les planches sur lesquelles sont peintes les fresques.

Pour autant pas de panique. L’édifice n’est pas en péril et que les visiteurs se rassurent : leur sécurité n’est pas menacée. « Mais, souligne Jean-Yves Le Meur, plus on attend et plus la facture risque d’être lourde ». Il y a plusieurs années, des discussions ont été entamées entre la commune et les Bâtiments de France. L’étude est finie, le diagnostic vient d’être présenté mais le montant des travaux n’a toujours pas été divulgué.

Avec l’aide de Stéphane Bern

Si une participation de 40 % de la direction régionale des affaires culturelles (Drac) est, d’ores et déjà, acquise. il restera à compléter le budget via des subventions de la Région et du Département des Côtes-d’Armor. Une aide de la Fondation Stéphane Bern est déjà acquise. Mais un emprunt de la commune sera nécessaire pour boucler l’opération. Et c’est là qu’intervient l’Association de sauvegarde, créée il y a trois ans. Jean-Yves Le Meur et ses amis multiplient les initiatives pour réunir des fonds afin de faire baisser l’addition. La collecte de papiers, journaux, livres, annuaires et magazines, organisée chaque premier samedi du mois, rapporte un peu plus de 2 000 € chaque année. L’organisation d’un repas après la messe du pardon, début juillet, de concerts, l’été, ou encore l’animation du site, comme lors du passage du Tour de France, en 2017, sont également autant d’occasions de faire rentrer de l’argent. C’est également le cas lors des permanences – une urne est à la libre disposition des visiteurs – tenues par les membres de l’association hors saison estivale : « En juillet et août, des guides employés par la commune assurent les visites. En ce qui nous concerne, nous sommes présents pendant plusieurs week-ends dans l’année, notamment pendant les journées du patrimoine, selon une demande du maire. Il est en effet important de maintenir ouverte la chapelle même si cela ne peut se faire de façon permanente. On s’est rendu compte, de fait, que des gens qui venaient à Mûr-de-Bretagne pour visiter Sainte-Suzanne étaient déçus, face à une chapelle dont les portes étaient tout le temps closes », explique Jean-Yves Le Meur.

Crèches du monde

Quoi qu’il en soit, l’édifice est ouvert pendant trois semaines, tous les après-midi durant cette période de Noël et des fêtes de fin d’année. L’association y présente une exceptionnelle exposition de 60 originales crèches du monde entier mises en valeur par une très belle mise en scène. « L’installation nous a demandé deux mois de travail et 60 personnes se relaient pour assurer la permanence », souligne Jean-Yves Le Meur., un président heureux de constater que les visiteurs sont de plus en plus nombreux au fil des ans. En tout cas, l’occasion rêvée de découvrir les fameuses peintures qui ont défié les siècles jusqu’alors…

23/12/2019

Voyage autour du monde avec les crèches de la chapelle Sainte-Suzanne

À Guerlédan, dans la chapelle Sainte-Suzanne, une soixantaine de crèches du monde sont actuellement exposées. L’occasion de découvrir des créations uniques, colorées et étonnantes, parfois très éloignées de l’image traditionnelle d’une crèche.

3ème édition
C’est la troisième fois que l’association de sauvegarde de la chapelle Sainte-Suzanne, à Guerlédan, organise cette exposition de crèches. Comme pour les éditions précédentes, les bénévoles ont récupéré des personnages de crèches venues du monde entier auprès de l’abbé Joseph Galerne, un collectionneur de Lignol (56). Bien souvent, ils les choisissent en fonction de leurs coups de cœur et de l’originalité des statuettes. Certaines leur sont aussi données ou prêtées par des gens du coin. La nouveauté cette année, c’est la reconstitution de paysages de Palestine : les bénévoles ont recréé la cascade du Jourdain, la mer morte, et les villes de Jérusalem, Bethléem et Nazareth. Dès l’entrée de l’exposition, le décor est planté !

Si la chapelle Sainte-Suzanne n’est pas très grande, il faut pourtant prévoir un peu de temps si l’on veut saisir tous les détails de l’expo de crèches du monde.

62 crèches exposées Au total, 62 crèches du monde entier sont présentées, des plus classiques, au plus étonnantes. Pérou, Pologne, Brésil, Italie, Congo, Colombie, Autriche, Portugal… C’est un voyage autour du monde qui est proposé. Certaines sont « classiques » : on y retrouve l’étable et tous les personnages de la Nativité. D’autres sont plus atypiques, comme la Sainte Famille en 2 CV, ou le petit œuf creusé dans lequel on distingue les personnages sculptés. Les tailles (de la crèche miniature de quelques centimètres aux personnages grandeur nature), les matières (bois, faïence, polyester, laine…) et les couleurs varient selon leur pays d’origine. Selon Jean-Yves Le Meur, président de l’association de la sauvegarde de la Chapelle, il faudrait plusieurs tours de l’expo et un peu de temps passé à observer chacune des crèches pour en saisir tous les détails.

70 bénévoles mobilisés
Depuis septembre, une dizaine de bénévoles a travaillé d’arrache-pied pour créer les décors dans lesquels sont placés les petits personnages. Laissant libre cours à leur créativité, ils ont imaginé des décors et des scènes pour chaque crèche, qu’ils ont réalisés eux-mêmes avec différents matériaux : bois, foin, galets, tissu, carton, ardoise… Ils ont notamment réussi à matérialiser un décor enneigé pour l’une des crèches grandeur nature et ont illuminé les lieux de lumières tamisées et chaleureuses. Ils sont encore et toujours présents pendant la durée de l’exposition, pour ouvrir la chapelle chaque après-midi aux visiteurs. Ils sont environ 70 à se relayer.

4 200 visiteurs en 2018
L’an passé, l’exposition a accueilli 4 200 visiteurs en trois semaines. L’entrée est gratuite, car l’idée de l’association est avant tout d’animer et d’ouvrir la chapelle Sainte-Suzanne trois semaines en hiver et pas seulement l’été. Un livre d’or et une urne pour les dons sont toutefois à la disposition de ceux qui le souhaitent. Les dons collectés contribueront à la restauration de la chapelle.

Jusqu’au 5 janvier
L’exposition de crèches est ouverte tous les jours, de 14 h à 19 h, jusqu’au 5 janvier prochain. L’entrée est libre et c’est aussi l’occasion de découvrir les plafonds peints de la chapelle, qui datent du XVIIIe siècle.

15/11/2019

Jeudi, Jean-Yves Le Meur, président de l’association de Sauvegarde de la chapelle Sainte-Suzanne, et une dizaine de bénévoles ont commencé l’installation des crèches de Noël. « Cette année encore, l’exposition a été renouvelée entièrement, grâce au père Gallerne de Lignol, mais aussi à quelques particuliers qui ont répondu à notre appel pour présenter leur propre crèche. Il ne faut pas tarder à les apporter, l’installation est en cours », explique le président. Au total, 40 crèches seront présentées. L’exposition aura lieu du 15 décembre au 5 janvier, de 14 h à 19 h. Vernissage, le 14 décembre à 18 h. Accès libre. Accessible aux personnes à mobilité réduite. Contact : tél. 06 13 28 90 91

Une partie des bénévoles avec Jean Yves Le Meur, à droite.

13/08/2019

Sons de Bretagne. Le concert à l’abri

Mardi soir 13 août, l’opération Sons de Bretagne et d’ailleurs, de l’Oust à Guerlédan, avait un concert gratuit sur les hauteurs de Mûr-de-Bretagne, dans les allées couvertes de Coat Correc. Les conditions météorologiques étant très mauvaises, les organisateurs ont dû déplacer l’événement bien au sec, au sein de la chapelle Sainte-Suzanne. C’est face à 140 personnes que Ronan Pinc, violoniste, et Fabien Robbe, au piano, ont enchanté le public avec des airs bretons teintés de jazz manouche à la Stéphane Grapelli.

12/07/2019

Un pardon très suivi.

Dimanche 7 juillet, la paroisse de Mûr-de-Bretagne organisait le traditionnel pardon de Sainte-Suzanne. Une bonne centaine de pèlerins a participé à la cérémonie religieuse. À l’issue de la messe, la procession derrière la statue et la bannière de sainte Suzanne a déambulé dans le parc de la chapelle avant le verre de l’amitié.

18/06/2019

La foule au repas de crêpes

Dimanche 7 juillet, Jean-Yves Le Meur, président de l’association de sauvegarde de la chapelle Sainte-Suzanne, et ses bénévoles ont proposé le traditionnel repas crêpes sous chapiteau, dans le cadre du pardon de Sainte Suzanne. Les crêpières ont eu bien du travail pour répondre à la demande de la foule de convives, pendant qu’à l’extérieur, les sonneurs locaux jouaient des airs traditionnels bretons. Les bénéfices de cette animation serviront à aider au financement des travaux de rénovation de la chapelle Sainte-Suzanne.

08/04/2019

Samedi 6 avril, Jean-Yves Le Meur, président de l’association de Sauvegarde de la chapelle Sainte-Suzanne de Mûr-de-Bretagne, et une bonne équipe de bénévoles ont assuré la permanence mensuelle de collecte de papiers. Un point a été effectué sur les projets de l’année.

« Cette collecte de papier marche fort, mais ce ne sera pas la seule action de l’association », a indiqué le président. Il est prévu le concert d’une chorale de Fougères (35), le 15 juin. Le 7 juillet, le traditionnel pardon de la chapelle sera l’occasion de proposer un repas crêpes sous chapiteau. À cheval sur décembre 2019 et janvier 2020, une nouvelle exposition de crèches du Monde sera le point d’orgue de la saison.

Les bénévoles avec Jean Yves Le Meur, second à partir de la gauche.

Prochainement, aussi, Frédérique Le Bec, architecte du patrimoine, présentera le diagnostic du bâtiment en vue de sa restauration. « Il devrait être annoncé l’estimation du montant des travaux. Elle comprendra la restauration complète de l’intérieur, de l’extérieur et du mobilier qui s’y trouve. Nous allons continuer à organiser nos animations pour aider à financer ces travaux qui pourraient durer un bon moment ». Il est toujours possible de rejoindre le groupe de bénévoles.


Contact
Auprès du président, tél. 06 13 28 90 91.